Objectif Lunar Flashlight Mission

Lundi, c’était le grand jour pour Quentin: il franchissait les portes du Jet Propulsion Laboratory pour commencer son nouveau challenge professionnel en tant que post-doc. Je lui ai préparé quelques questions pour qu’il nous livre ses premières impressions après une semaine de travail. (Maintenant qu’on l’appelle Doc, ça ne rigole plus!)

Le Jet Propulsion Laboratory, c’est où?

C’est en Californie, à La Cañada-Flintridge, au pied de la chaîne de montagnes San Gabriel derrière laquelle se cache la faille de San Andreas.

Maintenant que tu as commencé ton boulot, est-ce que tu peux nous en dire un peu plus? Quelle est ta fonction, tes objectifs, etc.?

Ma mission est de travailler sur la partie optique d’un petit satellite, de la taille d’une boîte de chaussures, que l’on appelle un Cubesat. Je participerai à la fois au design et à la conception de ce système dans le cadre de la Lunar Flashlight Mission. Ce petit satellite sera envoyé en orbite autour de la lune pour cartographier des dépôts de glace, principalement d’eau, au niveau des pôles de la lune. Les études précédentes ont mis en évidence de sérieux indices quant à l’existence d’eau qui serait piégée en permanence dans les régions constamment ombragées de la lune, c’est-à-dire dans certains cratères situés dans les régions polaires. Du fait que ces cratères soient constamment dans l’ombre, il y fait très froid, et l’eau peut y être emprisonnée sous forme de glace. On appelle ces régions ombragées des cold traps ou “pièges froids” en traduction littérale. L’idée est de cartographier ces régions et ainsi découvrir à quels endroits et en quelles quantités se trouve cette glace. C’est grâce au spectromètre dont le satellite sera doté et sur lequel je vais travailler que nous pourrons mesurer cela: le spectromètre enverra sur les surfaces ombragées différentes couleurs lumineuses qui, selon la composition du sol, seront réfléchies à intensités différentes. Ce sont ces données qui seront analysées pour déterminer l’existence et la quantité d’eau à un endroit donné.

Quel est l’intérêt d’une telle mission?

Eh bien, il est double.  D’une part, ce sera bénéfique pour le domaine des sciences planétaires, car le satellite étudiera la composition géologique de la lune et son mode de fonctionnement. D’autre part, elle servira le domaine de l’exploration. Par exemple, certains scientifiques parlent de remplacer la station spatiale internationale par une station lunaire. Si l’on arrive à localiser de l’eau sur la lune, c’est une ressource en moins qu’il faudra transporter depuis la Terre, et pas des moindres: l’eau permettra non seulement de fournir un bien de première nécessité aux habitants de la station, mais elle sera utile également pour les expériences à mener. Il sera aussi possible de produire à partir d’une molécule d’eau de l’oxygène, essentiel pour la survie des êtres humains, et de l’hydrogène, qui pourra servir à alimenter en combustible les engins qui seront utilisés sur place, par exemple. Localiser l’eau sur la lune, c’est aussi localiser le lieu idéal pour construire une base d’exploration permanente.

Qu’en est-il de l’ambiance de travail avec les collègues?

Je travaille dans un milieu multiculturel, avec des personnes hyper passionnées et très sympas. Ce sera vraiment chouette d’évoluer au sein d’une telle équipe.

Et la cafétéria, elle ressemble à quoi? Est-ce que tu peux y manger sainement?

Le campus est très grand: environ 5000 personnes y travaillent. Il y a trois cafétérias principales qui proposent des repas chauds, un grand salad bar, etc. Bref, de quoi se faire une bonne assiette bien équilibrée. Ce qui est très agréable pendant la pause de midi, c’est qu’on peut profiter du soleil sur la terrasse entourée d’arbres, avec une vue superbe sur les montagnes aux alentours.

Es-tu déjà allé jusqu’à Caltech? Y as-tu rencontré le Dr. Sheldon Cooper ou l’un de ses acolytes?

Le JPL est un laboratoire géré par l’université de Caltech, mais les campus sont séparés de quelques kilomètres: celui de Caltech se trouve dans le centre de Pasadena. Je m’y suis rendu, mais c’était uniquement pour remplir de la paperasserie administrative. Malheureusement, je n’ai pas encore eu la chance de tomber sur les acteurs de The Big Bang Theory.

Et la question subsidiaire: Crains-tu pour tes subsides maintenant que Trump est élu President of the United States?

Le monde des sciences a toujours été très ouvert et multiculturel, bref, sans aucune frontière. La collaboration internationale amène des points de vue différents qui sont essentiels aux avancées scientifiques. J’imagine que les experts dont Trump va s’entourer l’ont compris depuis longtemps.

Pour d’autres infos sur le sujet, voici la page officielle de la NASA sur la mission.

Advertisements

4 Comments Add yours

  1. Laura says:

    Contente de pouvoir vous suivre !
    🤗💫🌴🏜🚀🌜💧

    Liked by 1 person

  2. Marie Dub says:

    J’ai hâte de lire la suite!! Aude t’a vraiment un talent!!!! Gros zibou de nous 3!!

    Liked by 1 person

    1. Curieuse grignoteuse says:

      Merci ☺️ Bisous à vous 3

      Like

  3. Wivine says:

    aventure bien décrite !!
    bon courage à vous deux

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s