Quentin et Aude vont déménager

Nous voilà arrivés au bout de notre chasse à la maison ! Entre les appartements trop petits, trop sombres, trop bruyants ou encore trop chers, on commençait vraiment à désespérer… Et puis, on est tombés sur un appartement sympa, dans un bâtiment de style hacienda espagnole. C’était un rez-de-chaussée dans une rue calme avec bien de l’espace: plus de 1000 pieds carrés! Mais … mais …?! Où est donc passé notre bon vieux système métrique?! Pas de chance pour nous, il a fallu que nous nous retrouvions dans un des trois pays au monde à utiliser le système de mesure impérial que même nos chers voisins les Anglish (qui en sont les inventeurs et ont l’habitude de n’en faire qu’à leur tête) ont fini par oublier. Comme la solidarité, c’est bon pour la santé (toute ressemblance avec un slogan d’une certaine mutualité belge est totalement fortuite), on vous laisse vous casser la tête faire la conversion vous-mêmes, en sachant qu’il y a 3 pieds dans un yard, et qu’un yard fait 91,44 cm. (Et non, Google n’est pas votre ami, un peu d’exercice ne fera pas de tort à vos méninges.)

Enfin, revenons-en à nos moutons hispaniques. Nous disions donc que nous avions trouvé un grand appartement situé au rez-de-chaussée dans une rue calme proche du centre-ville et, cerise sur le gâteau, avec un petit lopin de terre adjacent. Le pied! (Non, non, pas celui qui fait 1/3 de yard, vous pouvez ranger vos calculatrices.) L’agent immobilier, que l’on appelle communément broker ici mais qui ne casse rien du tout – et certainement pas les prix -, nous explique que, comme nous n’avons pas de credit history, si nous sommes intéressés, nous devons signer le soir même pour une location qui commencera au plus vite, soit le lendemain, et donner deux mois de loyer en caution ainsi que payer le loyer pour les jours qu’il reste en novembre et le mois de décembre. Comme cela fait quinze jours qu’on sillonne les rues de Pasadena et qu’on tombe enfin sur quelque chose qui nous plaît, on accepte et on retrouve notre broker une heure plus tard dans un café, contrat en main. Le jeune homme, toujours très sympa, nous fait signer une copie du contrat, la range, puis s’en va en nous rappelant qu’il attend notre caution au plus vite et qu’on aura les clés après avoir fait le virement. Quelques secondes de réflexion plus tard, nous nous rendons compte que nous n’avons pas de copie du fameux contrat, et Quentin – dans un élan d’entraînement aux 20 km de Pasadena qu’il fera en janvier – rattrape en quelques enjambées le jeune homme qui s’était éclipsé en un rien de temps et qui nous assure qu’on recevra une copie une fois la caution versée. Puis, il continue son chemin et moi, je tique: verser 3,5 mois de loyer made in California (en sachant qu’un mois de loyer ici en représente minimum 3 en Belgique… bref, ressortez vos calculatrices) sans aucun papier signé en main, ça me paraît suspect. Comme j’avais du temps devant moi, j’ai mené ma petite enquête sur internet et je suis tombée sur beaucoup de zones d’ombre (notamment 4 numéros de téléphone différents pour la même annonce, dont un que nous avons appelé et qui n’avait même pas connaissance de la propriété). On apprend aussi que les virements ici, c’est le mal et que seuls les chèques sont sûrs. Quentin devient tout aussi dubitatif que moi et, finalement, nous décidons de nous rétracter. (Je vous passe les détails de mon investigation, mais une reconversion en tant que détective privée est désormais envisageable.)

Le cœur serré, nous nous remettons à la recherche du logement idéal qui ne nous semble plus qu’un doux rêve inatteignable. Et puis, nous voyons cette annonce pour un appartement deux chambres au centre de Pasadena qui a l’air spacieux, lumineux, dans une rue calme, etc. On appelle et le soir même, on se retrouve devant la petite grille d’un condominium divisé en une dizaine de maisonnées comportant chacune un étage. Et là, c’est le coup de foudre. Nous sommes seulement sur le seuil de la porte, et nous savons déjà que c’est cette location-là qu’il nous faut. Deux jours plus tard, on signe le contrat de location et on échange notre chèque de caution contre les clés de notre petite maison.

fluffy

Et c’est désormais parti pour la chasse aux meubles. Comme on a tout laissé en Belgique, on décide de se procurer un maximum de trucs en seconde main, histoire de diminuer le coût de notre installation. (Bon, on avoue, vendredi dernier étant le Black Friday, on a cédé à la tentation et on s’est acheté une belle télé. Après tout, c’est important de participer au folklore local pour s’intégrer.) On avait quelques gros meubles à récupérer et on a loué un van pour tout transporter chez nous. (Et un truc pas cher ici, un! Seulement 19.95$ la journée + un forfait de 0.69$ /mile parcouru! Merci U-haul!) Quentin, qui pilotait l’engin, affichait un sourire béat dès qu’il se retrouvait derrière le volant. Accompagné de Musclor – aka moi -, il a fait virevolter lit, chaises et canapés à l’arrière de son fidèle destrier. On a tout de même galéré pour descendre un fauteuil depuis une rambarde d’un mètre de large par un escalier à peine plus large. Une fois en bas, je suis retournée chercher les coussins du sofa et la fille à qui nous l’avions acheté me dit: “Faites attention, comme il a plu, le sol est un peu glissant.” J’ai alors pensé très fort: “Certes, mademoiselle, on vient de faire passer un canapé trois places au-dessus de nos têtes, et le risque pour nous, issus d’un pays où la pluie est notre quotidien, ce sont les quelques gouttes d’eau qui sont tombées sur le pavement?!” (Non, descendre ce fauteuil ne m’avait pas du tout énervée!) Heureusement, nous sommes aussi tombés sur des âmes bienveillantes, dont un brave homme qui nous a même accompagnés jusque chez nous pour décharger un buffet que Musclor, n’étant pas constituée d’un physique masculin, n’aurait pas pu soulever.

Tout est bien qui finit bien donc: notre maison est remplie de meubles, Ikea est notre ami pour tout le reste et nous emménagerons chez nous ce weekend 🙂

Advertisements

2 Comments Add yours

  1. Daddy says:

    Haha, super article, bien dans ton style, il m’a bien fait rire :-))
    Continue de nous surprendre avec ta prose 😉

    Liked by 1 person

  2. tati fabienne says:

    Salut les nouveaux américains,
    Super votre blog. C’est sympa et on sait ce qui se passe maintenant de l’autre côté de la planète with our family.Gros smacks à tous les deux.

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s