Quentin & Aude à la Rose Parade

Comme nombre de petites filles belges, mes lectures d’enfance ont été bercées par les aventures de Martine. Parmi les livres que j’ai préférés, il y avait non pas Martine fait le ménage, comme la campagne publicitaire du Forem l’a récemment suggéré (quand le service public de l’emploi en Wallonie ose, au XXIe siècle, lancer une telle campagne, on comprend mieux pourquoi les femmes en Belgique ne perçoivent toujours pas le même salaire que leurs homologues masculins… C’était la petite revendication égalitariste du jour !)  mais plutôt, Martine à la fête des fleurs. Vous rappelez-vous de ces chars aux formes féeriques piqués de fleurs qui paradaient au son de la fanfare locale ? Et les majorettes qui gambadaient entre les vieilles voitures ceintes de roses et de bleuets ou les théières et autres hélicoptères dont l’arc-en-ciel de fleurs épousait si parfaitement les contours qu’il y semblait soigneusement brodé ? Eh bien, figurez-vous qu’une telle fête a lieu chaque année à Pasadena ! Il s’agit de la Rose Parade, qui en était à sa 128ème édition ce 2 janvier 2017.

Pour la petite histoire, à l’aube de l’année 1890, quelques têtes bien pensantes du Valley Hunt Club de Pasadena ont imaginé un moyen de promouvoir la “Méditerranée de l’Ouest”. Quoi de mieux que d’organiser des jeux en plein milieu de l’hiver pour attirer les touristes de la côte Est qui se les gèlent sous un épais manteau de neige ? Et tant qu’on y est, pensèrent ces petits malins, pourquoi ne pas créer une parade avant ces jeux où l’on se pavanerait sur des chars remplis de roses, puisqu’elles poussent à foison en cette saison ici, à SoCal (ou Southern California, pour les néophytes) ? Depuis lors, la Rose Parade est célébrée tous les ans, le 1e janvier à 8 heures du matin. Un 1e janvier, à 8 heures du matin ?! Mais … Ils sont fous ces Américains ! Heureusement pour nous, cette année voyait l’application d’une règle qui existe depuis 1893 et qui dit “Never on a Sunday“. À l’origine, c’était simplement parce que “le tournoi voulait éviter d’effrayer les chevaux qui étaient attelés devant les églises et donc d’interrompre les services religieux. C’est pourquoi cet événement [lorsqu’il tombe un dimanche] a été déplacé au jour suivant, soit le 2 janvier.” (Seraient-ce là les prémices du questionnement sur le bien-être animal ?)
Étant donné que nous étions en vacances les jours qui précédaient THE événement folklorique, nous n’avons pas assisté à l’effervescence qui animait la ville dès la veille des festivités. La préparation était tout de même un travail de longue haleine, car ce ne sont pas moins de 700 000 visiteurs qui étaient attendus le long du parcours (et des millions de spectateurs derrière le petit écran). Pour les accueillir, d’immenses gradins ont été dressés dès le début du mois de décembre. Le prix de la place est digne d’un royal popotin : entre 48 et 95$ (selon la vue offerte, of course). Du coup, beaucoup de personnes amènent leurs chaises pliables qu’elles installent sur les trottoirs encore libres. C’est donc la course à la meilleure place qui s’opère dès la veille au soir, où le camping est exceptionnellement autorisé dans les rues de Pasadena !

dsc_0751

Par chance, nous habitons dans une rue adjacente à Colorado Boulevard, la route où se situe la majeure partie de la parade. Nous avons bien eu quelques difficultés à rentrer chez nous la veille au soir parce que nombre de rues, dont la nôtre, sont interdites à la circulation pour l’occasion, mais en dehors de ça, il nous a fallu une minute pour nous rendre à la parade et trouver un bon emplacement. Vers 9 heures, c’était parti pour environ 2 heures de défilé de chars plus impressionnants les uns que les autres. On vous laisse admirer tout ça en images.

Pour ceux qui auront eu le courage de lire tous les commentaires qui accompagnent les photos, vous aurez pu remarquer à quel point j’étais en mode émerveillement devant ce monde enchanté ❤ Mais j’ai trouvé bien pire que moi lors de la parade : une dame d’une bonne cinquantaine d’années ponctuait chaque passage de char d’un “It’s so cuuuuute“, “This is the loveliest thing I’ve ever seen” ou encore “How adorable these mice are!” (à répéter avec la voix typiquement geignarde et nasillarde de certaines Américaines). J’ai par contre été déçue de ne pas avoir vu de canon à fleurs, et de ne même pas avoir reçu une petite rose en souvenir 😦

Une fois la parade terminée, nous sommes gentiment rentrés chez nous, tandis que les plus téméraires se sont dirigés vers le Rose Bowl Stadium où avait lieu le Tournament of Roses. Il s’agissait ici du 103ème tournoi : le premier a eu lieu le 1e janvier 1902, puis le Rose Bowl Game n’a pas été rejoué avant 1916, date à partir de laquelle il s’est joué annuellement. Si cela vous intéresse de savoir quelles équipes s’opposent lors de ce tournoi, je vous invite à consulter la page officielle de l’événement, qui vous expliquera cela bien mieux que moi (le football américain et moi, ça fait 2 pour le moment).

Il y a tout de même un bémol à cette journée que je ne peux m’empêcher de souligner ; c’est l’état des rues après le passage de la parade. Colorado Boulevard est devenu, l’espace de 24 heures, une véritable poubelle à ciel ouvert. Serait-ce trop demandé aux visiteurs d’emporter leurs déchets … ? (C’était la petite revendication écologiste du jour !) Le retour à la réalité fut dur après ce voyage au pays imaginaire…

Advertisements

2 Comments Add yours

  1. Daddy says:

    JPL, one point !
    Quentin, c’est toi qui a servi de modèle ??
    :-)))

    Liked by 1 person

    1. Curieuse grignoteuse says:

      La ressemblance est frappante, hein? :p

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s